Sils Maria

Avec Sils Maria, Olivier Assayas réussi à réunir avec brio 2 actrices que tout oppose dans un film dramatique sur fond d’Alpes-Suisse…♥♥♥

À dix-huit ans, Maria Enders a connu le succès au théâtre en incarnant Sigrid, jeune fille ambitieuse et au charme trouble qui conduit au suicide une femme plus mûre, Helena. Vingt ans plus tard on lui propose de reprendre cette pièce, mais cette fois de l’autre côté du miroir, dans le rôle d’Helena…

Le nouveau Assayas nous montre l’univers des actrices, leurs problèmes, leurs remises en question sur la vie et sur l’avenir de leur carrière. Juliette Binoche incarne brillamment une actrice qui arrive à un tournant de sa carrière, devant prendre certaines décisions sur son avenir. Il est donné au spectateur la possible réflexion sur l’état d’actrice de 50 ans à la carrière déjà bien entamée et les options qui s’offrent à elle pour ne pas finir aux oubliettes. Finis les rôles sur mesure, place au rôle de second plan qui pourrait être le faux pas de trop. Désormais il faut laisser la place à la nouvelle génération, incarné par la jeune  Chloë Grace Moretz, qui nous montre l’étendu de son talent en incarnant une actrice prétentieuse prête a tout pour faire oublier son image de fille pourrie gâtée au sommet de sa gloire. Deux générations se côtoient, deux femmes de milieux différents qui apprennent à se connaitre. L’une, humble et modeste qui a déjà fait son petit bout de chemin et qui jamais ne se serait permis de faire les caprices et autres scandales de l’autre. On en est même à se demander si le film ne reflète pas un peu la réalité.

Sils_Maria

Et Kristen Stewart dans tout ça ?

Depuis quelques mois, Kristen a rangé son vampire adolescent pour jouer dans la cour des grandes. Une réelle complicité ressort entre elle et son ainé Juliette Binoche à qui elle donne la réplique. Deux univers différents, l’une est américaine, l’autre française, 25 ans les sépare,  tous les oppose et pourtant une réelle complicité est née entre les deux actrices. L’actrice montante d’Hollywood, n’hésite pas à laisser tomber Stras et paillette pour venir s’aventurer dans la magnifique campagne suisse. Et elle a bien fait tant elle interprète son rôle de simple assistante à la perfection (rôle qui lui a valu le César de meilleure actrice pour un second rôle). Comme pour Still Alice, elle vole quasiment la vedette à l’interprète principale….

Niveau réalisation, Assayas s’avère un redoutable directeur de comédiennes même si le film souffre néanmoins de quelques longueur ici et là pour qui n’est pas habitué au cinéma d’auteur… Pour ce qui est du scénario, des jeux de psychologie et du lyrisme qui se dégage de Sils Maria, il faudra aller le voir en salle… Si cela n’émeut pas le spectateur, il pourra facilement se raccrocher au trio d’actrices formidable d’interprétation.

Ouvoir.ca

Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *