Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu?

Que reste-t-il de leurs goûts franchouillards ? ♥♥

Claude et sa femme Marie sont de bons bourgeois catholiques de province. Ils n’ont rien dit lorsque leur première fille a épousé un Asiatique, la seconde un Musulman et la troisième un Juif, sauf qu’ils espèrent quand même que leur cadette, Laure, épousera un Français de souche. La cohabitation est déjà assez compliquée comme ça… Lorsque Laure décide de se marier, ses parents ont hâte de rencontrer son prétendant, un bon catholique… d’origine ivoirienne. Le choc. Comme si ce n’était pas assez, les trois gendres se mettent bientôt de la partie, tout comme le père du marié, qui ne voit pas cette union d’un bon oeil.

Le film arrive au Québec auréolé d’un box-office dantesque (plus de 11 millions de spectateurs en France et le film commence à cartonner dans d’autres pays)…On lui promet déjà un succès à la Intouchables… Pourtant la comédie de Philippe de Chauveron (les Ducobu) ne devrait pas autant rester que le sommet de Toledano/Nakash… la faute à un manque de grâce et de subtilité qui transpirait en revanche beaucoup dans Intouchable. Certes, il nous arrive de sourire voir même de rire dans Qu’est ce qu’on a fait au bon Dieu… Mais c’est une succession de gags presque télévisuels plutôt qu’une réelle comédie sympathique.

Le long métrage laisse la part belle à Chantal Lauby et Christian Clavier (qui, dernièrement, semble se redorer le blason malgré ses rondeurs)… Il faut bien avouer que ses joutes verbales avec Noom Diawara sont plutôt sympathiques et sonnent plutôt vrai. En revanche, on aurait apprécié que les rôles de Julia Piaton et Frédérique Bel soient quelque peu étoffés (lorsqu’on sait leur potentiel comique). Un meilleur équilibre entre les personnages aurait sans doute aidé le film.

Niveau comédie française, on a toutefois fait beaucoup mieux ces derniers temps avec Neuf mois ferme, Je fais le mort ou Tip Top !

Ouvoir.ca

Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *