Rainer Werner Fassbinder adapte Genet avec beaucoup de style « Querelle de Brest » (1947). A parti de la quête d’identité d’un jeune marin (Querelle alias Brad Davis), beau comme un cœur, il retranscrit avec grâce et beauté l’univers de Jean    Genet.  

Et qui dit Querelle dit Pierre et Gilles, Jean-Paul Gauthier, Jeanne Moreau en passant par Axel Bauer (dont le clip « cargo » ressemble comme deux gouttes d’eau aux décors du film de Fassbinder). Fassbinder, immense réalisateur allemand (et non acteur germano-irlandais), signe ici un film dont il ne pu achever le montage.

Le film fit scandale depuis son affiche jusqu’aux phallus de pierre sans parler    des montagnes de marcels ajustant les pecs de ces males empestant la sueur…C’est aussi un film culte de la culture gay terriblement cliché de nos jours (le film a été tourné en 1982) mais au    combien indispensable. Hors contexte aujourd’hui, il est important de rappeler que la littérature et le cinéma étaient de rares moyens d’exorciser la rage de certains « hommes blessés » (pour ne pas citer Cherreau )

Brad-Davis-brad-davis-28142242-1160-855.jpg

Dernier film du maître réalisé en majeure partie par des plans séquences et dont la musique de Peer Raben reste encore aujourd’hui des plus réutilisées. Sur un texte de Wild, Jeanne Moreau fredonne à l’époque son Each Man kills the thing he loves et devient par la même occasion une icône gay.

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *