Pitch Perfect 2

Un nouveau volet des Hit Girls moins savoureux que le premier opus Pitch Perfect ! ♥♥½

Dès la scène d’ouverture, avec un caméo du président américain Obama devant une prestation des désormais célèbres Barden Bellas, on nous promet du grand spectacle. Alors que la plupart du groupe interprète une de leurs chansons à capella, Rebel Wilson ( a qui l’on donne cette fois-ci la vedette et qui reprend son rôle de Fat Amy) descend du ciel dans un numéro de trapèze digne du Cirque du Soleil. C’est grand, grandiose et ça finit, comme on l’attend, en pitrerie humoristique (assez vulgaire qui plus est).

Nous voici donc dans le second volet du Pitch Perfect, près de deux heures passées avec les Barden Bellas, celles qui accueillirent dans le premier numéro la paumée Anna Kendrick et leur permit d’aller en finale d’un concours de chant national. Trois ans ce sont passés et déjà les filles si différentes de la formation ont réussi à rafler trois titres…Toutefois la récente pitrerie de Fat Amy va les priver de tournée nationale et de défendre leur titre…mais de participer au tournoi mondial (trouvez la logique).

Le scénario est donc on-ne-peut-plus simple ! Avec le même but recherché de divertir tout en faisant rire l’audience. Si le premier volet du Pitch Perfect a eu un box-office fort satisfaisant à sa sortie en salle, il faut vraiment avouer que le film créa le buzz lors de sa sortie en DVD en Amérique du Nord faisant du long métrage de Jason Moore un véritable phénomène de société.

Pitch_Perfect2_3

La réalisation de Banks condamne le film

Il y avait donc largement de quoi s’attaquer à une suite, et la productrice Elizabeth Banks sauta sur l’occasion de réaliser son premier film… Mais voilà, n’est en général pas exsangue de défaut un premier film moyen surtout lorsque son métier initial/principal est le jeu.

Si Rebel Wilson est surutilisée (et souvent à mauvais escient), le petit souci du film n’est pourtant pas là. Il faut l’avouer le premier volet était plus qu’agréable. Ici le second s’essouffle assez rapidement, la faute à une mise en scène planplan et un sujet qui finalement est une pâle copie de son premier volet…En outre, les blagues fusent à tout va et  beaucoup d’entre-elles manquent finalement leur cible. Merci Mme Elizabeth Banks (Effie dans la saga Hunger Games), vous prouvez par la même occasion que la comédie est un genre très difficile à appréhender !

Forcément, passé l’effet de surprise du premier, le second se devait d’être plus spectaculaire pour créer l’adhésion. A ce titre, les groupes rivaux (Les allemands de Das Sound Machine) semblent mieux travaillés et donc plus inspirants. Leurs scènes de chants et de danses valent vraiment le détour en comparaison de ceux des Bellas rappelant par ailleurs les meilleurs moments de Glee.

Pitch_Perfect2_2jpg

Rebel Wilson future Melissa McCarthy ?

Kendrick n’est jamais aussi bonne (et crédible) qu’en Bella tandis que Fat Amy est exacerbée à son maximum. Entendre Rebelle Wilson évoquer l’histoire d’un spin-off dans les médias n’augure déjà rien de bon…

Le film a toutefois le mérite de dresser un portrait de la jeunesse actuelle capable de s’assumer pleinement et ce malgré les différentes (minorités ethniques, sexuelles et autres) évidentes entre les personnages.

La production essaie actuellement de pousser Flashlight (interprétée comme single du film par Jessie J mais par Hailee Steinfeld dans le film) au même niveau du fameux Cups du premier volet. Son côté balade mièvre ne devrait toutefois pas vraiment permettre au titre de côtoyer les sommets;

A moins d’un succès planétaire du film, ce qui est toutefois très possible.

Ouvoir.ca

Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *