Paroles d’artistes (Les 5 ans de Cinémaniak)

Paroles d’artistes (Les 5 ans de Cinémaniak)

Paroles d’artistes (Les 5 ans de Cinémaniak)

84
0

Pour célébrer nos cinq ans, nous avons choisi d’aller parler aux artistes d’ici et de leur demander ce qu’ils avaient retenu de ces cinq dernières années. Également, quel était pour eux leur meilleur souvenir de tournage ainsi que leurs coups de cœur. Voici donc les souvenirs de Guillaume Lambert, Jimmy Larouche, Patrick Hivon, Stéphane Lapointe, Catherine de Léan, Jean-Sébastien Lord, Mylène Mackay ou encore Louise Portal. C’est dit !

À lire également : L’histoire secrète (Les 5 ans de Cinémaniak)

5 ans de cinéma

Plusieurs sont les artistes qui parlent de leurs expériences personnelles. Ainsi, Mylène Mackay évoque avec passion Endorphinequant à Catherine De Léan, elle parle de sa chance d’avoir travaillé sur Le fils de Jean.

Paroles d’artistes avec Catherine de Léan

Crédit photo: Sébastien Raymond

Plusieurs artistes évoquent le fait de conçevoir, produire et réaliser des films… Pour Jimmy Larouche comme pour Guillaume Lambert, cela fait partie de leurs convictions personnelles !

Paroles d’artistes avec Jimmy Larouche

Crédit photo: Youtube

Paroles d’artistes avec Guillaume Lambert

Crédit photo: Guillaume Lambert

Qu’avez-vous retenu des 5 dernières années ?

« J’ai retenu une certaine tendance à implorer le public pour qu’il aille voir les films en salles. Je ne trouve pas que ça donne le goût et ça manque de fierté et de contraste avec la vigueur artistique de notre cinéma (…) Il y a pourtant une relève qui est passionnée, bourrée de talent et (comme toujours), en avance sur les structures des institutions.

J’ai bien sûr aussi retenu la très inspirante fougue de Xavier Dolan et la présence des irréductibles de notre cinéma comme Forcier, Lanctôt ou Dusseault qu’on voudrait garder pour toujours ». – Catherine de Léan.

Paroles d’artistes avec Louise Portal

Crédit photo: 7 jours

Louise Portal évoque également la jeunesse : « J’ai retenu le grand vent d’un renouveau sur le plan d’une pléiade de jeunes créateurs qui n’attendent plus d’être subventionnés pour créer, avancer et oser. C’est très stimulant »… Un point qu’appuie également Guillaume Lambert : « Il faut faire les films qu’on aime et auxquels on croit »

D’autres, comme Stéphane Lapointe, sont plus inquiets : « Les 5 dernières années ont été difficiles pour le cinéma. J’ai suis très inquiet pour l’avenir de notre art qui doit réellement repenser l’expérience en salle »

Paroles d’artistes avec Stéphane Lapointe

Crédit photo: Canoé

Mylène MacKay s’attarde longuement sur sa première expérience avec Endorphine. « Lors de ce premier tournage, j’ai vraiment appris comment jouer avec la caméra. Je l’ai apprivoisé comme un partenaire de jeu. Comme je n’avais effectivement pas beaucoup de scène avec d’autres comédiens dans ce film, ça a été très formateur pour moi. J’ai appris à travailler l’intériorité que demande le jeu à la caméra et le cinéma. Tout ça, sous l’oeil de maître de Turpin et de Josée Deshaies à la caméra. Je n’oublierai jamais cette première journée de tournage ni ce premier film et la chance que j’ai eue d’en faire partit ».

Paroles d’artistes avec Mylène Mackay

Crédit photo: Cult Mtl

 Votre plus gros coup de coeur ?

Whiplash pour Jean-Sébastien Lord

Avant les rues pour Catherine de Léan

Foxcatcher pour Jimmy Larouche

Frances Ha pour Mylène Mackay

The Lobster pour Guillaume Lambert

Mommy pour Stéphane Lapointe

Les mauvaises herbes pour Patrick Hivon

L’Érotisme et le vieil âge pour Louise Portal

Paroles d’artistes avec Patrick Hivon

Crédit photo: Lesmauvaisesherbes.ca

(84)

Incrivez-vous à notre infolettre!
Fondée en 2012, Cinémaniak est une revue de cinéma exclusivement web qui s’est donnée comme mission de promouvoir le septième art sur le continent nord-américain. Notre mission est de donner la parole à des passionnés de cinéma capables de rendre accessible l’art qu’ils affectionnent.
Nous détestons les spam. Votre adresse courriel ne sera pas vendue ou partagée avec quelqu'un d'autre. Promis!
Syril Tiar

Tombé dans le cinéma alors qu’il était tout petit, Syril Tiar s’est rapidement pris d’affection pour le cinéma francophone… Devenu un connaisseur hors-pair des Sautet, Resnais, Chabrol, Lelouch, Lecomte (oui à cette époque, seuls les vivants comptaient), ce n’est que bien plus tard qu’il a pu élargir ses goûts à d’autres réalisateurs d’abord européens (Von Trier, Almodovar, Leigh…) puis américains (Allen, Burton).

Bandes-annonces

Archives