Mustang, la recherche de la liberté.

Présenté à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes en 2015, le film MUSTANG de la réalisatrice d’origine turc Deniz Gamze Ergüven est un heureux mélange entre la tragédie et la comédie ♥♥♥

Dans un village au nord de la Turquie, Lale et ses quatre sœurs rentrent de l’école en jouant innocemment avec des garçons. La débauche supposée de leurs jeux suscite un scandale aux conséquences inattendues. La maison familiale se transforme progressivement en prison, les cours de pratiques ménagères remplacent l’école et les mariages commencent à s’arranger. Les cinq sœurs, animées par un même désir de liberté, détournent les limites qui leur sont imposées.

MUSTANG_2

Mustang, une légèreté dramatique.

Raconté avec une grande légèreté, par une mise en scène souple, presque improvisée, par la douceur qu’apporte cette image légèrement désaturée et toujours très claire, ce film dissimule mal un propos beaucoup plus grave qui concerne toutes les femmes: leur liberté. Ici, la liberté de ces jeunes femmes est constamment bafouée. Elles peuvent à peine côtoyer des garçons de peur qu’elles soient souillées. Et c’est le mot qu’emploi l’oncle dans le film, «souillées». Parce que c’est comme ça, ces jeunes femmes arabes doivent être vierge au moment où elles se marient, avec un homme qu’on choisit pour elles d’ailleurs. Tous ont le droit de choisir, sauf elles! Mais cette liberté n’est pas brimée qu’au niveau du choix du partenaire, elle l’est à tous les niveaux. Et ce n’est pas le suicide de l’une de leurs soeurs qui empêchera leur oncle et leur grand-mère d’agir sur elles.

La répression n’empêche pas la plaisir.

Heureusement, ce drame quotidien que vivent les femmes, mais principalement ces cinq jeunes femmes est raconté avec tant de joie de vivre qu’on ne peut qu’être empathique. Elles sont jeunes, elles s’amusent, elles ont une telle joie de vivre et même cette répression quotidienne ne les empêche pas d’être entre elles. MUSTANG n’est pas un film à voir absolument, mais il n’est pas non plus un film ennuyant et vide. Il diffuse une belle réflexion sur la place de la femme qui est encore à gagner.

Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *