Michel Serrault

Pour moi il y avait Serrault et les autres….un des acteurs les plus populaires et atypiques de sa génération, apprécié aussi bien par la critique que par le grand public pour s’être coulé avec aisance et authenticité, tout au long d’une carrière forte de cent trente-cinq longs métrages, dans des rôles très différents et originaux: du boulevard (La Cage aux folles), de la comédie absurde ou délirante (Buffet froid, Le Miraculé, Rien ne va plus) à un registre plus sombre (Garde à vue, Les Fantômes du chapelier, Mortelle randonnée, Docteur Petiot) en passant par une palette d’interprétations dramatiques nuancées (Nelly et Monsieur Arnaud, Le Monde de Marty).
Seul comédien à avoir obtenu à l’heure actuelle trois césars du meilleur acteur, il a excellé des années 50 aux années 70 avec Jean Poiret au théâtre dans des pièces telles que « Pour avoir Adrienne » ou « La cage aux folles » où il trouve le rôle d’une vie dans l’excentrique Zaza Napoli.
En 1977, il perd sa fille, ce qui signe alors un changement de registre pour des rôles aussi fort que l’auteur d’un double viol dans « Garde à vue » de Claude Miller ou encore celui de Monsieur Arnaud dans « Nelly et Monsieur Arnaud » de Claude Sautet. Sa prestation est unanimement reconnue comme sa composition la plus aboutie. Elle lui permet de remporter un ultime César en 1996.
Il était né, comme moi, à Charenton le Pont …. Il est mort chez lui, à Équemauville, le 29 juillet 2007, à l’âge de 79 ans, des suites d’un cancer….

Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

15 − 10 =