Aller à la barre d’outils

Madame Bovary

Mia Wasikowska interprète Madame Bovary dans cette adaptation passable sur le grand roman ♥♥½

Emma Bovary, la protagoniste du roman de Gustave Flaubert, Madame Bovary, écrit en 1856, se classe parmi les personnages les plus complexes de la littérature classique. Au premier abord, elle peut être insupportable: une créature de pure impulsion, égoïste et étiquetée comme une « Kardashian » du 19e siècle piégé dans une émission de télé-réalité qu’elle est incapable de gérer. Flaubert la ridiculise constamment, mais il sent également l’obligation d’être tendre envers elle, et cette tension qui existe au cœur même de sa prose est une des sources du génie durable du roman. Son personnage est également extrêmement difficile à retranscrire dans une performance à l’écran, même si plusieurs ont essayé. (Les adaptations les plus connues sont la version 1949 MGM, réalisée par Vincente Minnelli et mettant en vedette Jennifer Jones, et le film de Claude Chabrol 1991, avec Isabelle Huppert dans le rôle-titre.) La dernière tentative place cette lourde charge sur les épaules de Mia Wasikowska qui, en apparence, fait la tournée de tous les livres qu’elle lisait à l’école, après avoir joué Jane Eyre il y a quelques années. N’ayant aucune crainte de faire d’Emma Bovary un personnage antipathique, Wasikowska essaie par tous les moyens de transmettre chez le personnage le sentiment d’être étouffé par son époque, mais le film n’arrive pas totalement à capturer cette profondeur.

Réalisé et co-écrit par la Franco-américaine Sophie Barthes (Cold Souls), cette Madame Bovary simplifie fortement le récit, en sautant les premières sections (qui se concentrent sur le futur mari d’Emma, ​​Charles Bovary, et leurs fréquentations) et coupant également la fille du couple, Berthe. Alors que le film s’ouvre, Emma a déjà été promise à Charles (Henry Lloyd-Hughes), après des années passées élevées au couvent, et elle est folle de joie à l’idée de se marier. La lune de miel se termine rapidement, toutefois, alors que Charles n’est pas aussi fringant et surtout, pas aussi professionnellement ambitieux qu’elle ne l’avait espéré. Ce dernier est tout à fait à l’aise de rester un simple médecin de campagne de la classe moyenne pratiquant dans le village (fictionnel) de Yonville, un coin perdu terne. Ennuyé en à mourir, Emma, au début, dévie du bout des lèvres les avances de ses admirateurs, mais tôt ou tard, elle accumule les amants, y compris un marquis local (Logan Marshall-Green) et un jeune étudiant en droit (Ezra Miller) et fait des achats extravagants sur crédit avec un marchand manipulateur, Mr Lheureux (Rhys Ifans) qui menacent d’amener la famille Bovary à la ruine…

madame-bovary

Madame Bovary de Sophie Bartes  est une adaptation de plus et sans doute pas nécessaire

Cold Souls (2009), un film de science-fiction toqué sur le trafic d’âme humaine qui mettait en vedette Paul Giamatti (qui apparaît ici dans un petit rôle) qui joue une version romancée de lui-même, était tout sauf subtile. Il est donc un soulagement de voir comment fonctionne vigoureusement Barthes pour éviter d’« expliquer » le comportement d’Emma, ​​et comment elle et Wasikowska sont disposés de risquer de tomber sur un personnage comme étant gâtée. Malheureusement, des plans d’Emma regardant avec envie par les fenêtres et s’effleurer les doigts avec enthousiasme sur une carte de Paris ne sont pas des substituts pour la prose de Flaubert, qui a l’avantage littéraire de pouvoir scruter les esprits. En particulier, le film ne parvient pas à suggérer combien le désir romantique et l’avidité matérielle d’Emma ont été influencés par les romans trash qu’elle lisait en grandissant; c’est comme si une histoire fortement dépendante sur les effets corrosifs de la culture populaire — The Bling Ring par exemple — avait ignoré cet aspect en entier. Wasikowska offre une performance émotionnellement précise et solide, habilement soutenue par les hommes autour d’elle et le résultat est intelligent et éminemment regardable. Mais lorsque vous avez tourné l’un des plus grands romans jamais écrits en quelque chose de simplement « regardable », c’est que vous avez malheureusement échoué.

Auteur: Justin Charbonneau

 


Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *