Les gouffres

Un long métrage court sur les angoisses et l’aliénation psychologique  ♥♥½

Dans un pays  hispanophone,  cinq gouffres immenses sont découverts dans une forêt montagneuse.Un spéléologue de renom (Mathieu Amalric) part explorer l’un d’entre eux alors que sa femme l’attend seule dans une villa. Inquiète, elle est bientôt témoin de phénomènes inexplicables qu’elle lie à ces gouffres mystérieux qui la terrifient autant qu’ils l’interpellent. Et elle est loin de se douter que sous peu, ces mystérieux abîmes viendront vers elle…

Voici un film courageux…qui ne repose sur rien, ou si peu. Entre la performance d’acteur et l’œuvre d’art, «Les gouffres »  trouve rapidement son chemin chez le spectateur. L’intrigue sera fixée sur l’épouse restée seule dans l’attente…et rien d’autre !

Mathieu Amalric n’a donc qu’un rôle secondaire dans ce long métrage qui tente de mettre en exergue la délicate frontière entre paranoïa et légitime suspicion.

Là où le film fonctionne, c’est que jamais il n’est possible, pour le spectateur, d’identifier clairement la part de rêve et la part de réel chez le personnage principal. Angoissée compulsive ou tout simplement réelle, telle sera la question posée par Antoine Barraud.

Pour Nathalie Boutefeu, c’est un rôle total d’abandon qui l’attendait.

Le film se termine sur une très jolie scène de séquelles… De quoi effectuer de nombreux parallèles avec les blessures et chocs de la vie.

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *