Le vrai du faux

Quand Emile Gaudreault, papa de Mambo Italiano et de De père en flic, revient avec Le Vrai du Faux, cela donne une nouvelle comédie sympathique injustement boudé par le public à sa sortie en salle ♥♥♥

Marco Valois est le célèbre réalisateur des films Furie, deux longs métrages d’action québécois appréciés du grand public. Suite au décès d’un admirateur, il décide de prendre une année sabbatique afin de se ressourcer. Bientôt, il s’intéresse à l’histoire d’un soldat rentré d’Afghanistan, Éric, victime d’un grave choc post-traumatique. Valois le choisit comme sujet de son prochain film, malgré les réticences de la psychologue du soldat, Rachel. Éric hésite à révéler ses secrets mais accepte de participer au projet de Marco. L’amitié des deux hommes est constamment menacée, surtout lorsque Éric essaie de reconquérir son ancienne blonde dans sa ville natale, où vivent encore ses parents.

Le vrai du faux est très loin du fiasco annoncé…Sans doute l’effet Hot Dog de l’année dernière a joué en la défaveur du  nouveau long d’Emile Gaudreault qui reprend ici plutôt bien ce qui avait fait son succès avec Le Sens de l’Humour. Car il y a de vrais moments de comédie dans son nouveau long métrage. Rire, sourire et bonne humeur seront une nouvelle fois du rendez-vous !

Le réalisateur pense à vraiment écrire ses seconds rôles (le secret d’une comédie réussie) et si Guylaine Tremblay, Charles-Alexandre Dubé et Julie Le Breton sorte réellement du lot, les deux personnages principaux ne sont pas pour autant en reste. Certes leur partition est moins sympathique à jouer mais il existe chez eux une belle complicité à l’écran.

Là où le bât blesse légèrement, c’est peut-être au niveau du rythme ou lorsque le film se dirige vers le drame…une voix peut-être légèrement « casse-gueule » et que le scénario tente l’espace de quelques dizaines de minutes…Si les vingt dernières minutes laissent quelque-peu le spectateur sur sa faim…il convient toutefois de se souvenir de cette première partie plutôt réussie avec de vrais moment de drôlerie et des personnages aussi bien écrits qu’interprétés.

Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *