Le nouveau cinéma d’auteur québécois

Qu’ont en commun Sébastien Pilote, Guy Edoin ou encore Anne Émond ?

D’avoir sillonné les festivals du monde entier l’an dernier ? Sans doute…

D’être tous les trois de la même génération ? En effet !

Mais plus concrètement il conviendra de définir ces jeunes réalisateurs (et bien d’autres) comme la nouvelle vague d’un cinéma d’auteur québécois ! 

Dotés d’un univers propre à chacun, les « Camion », « Laurentie » ou encore « Vendeurs » font véritablement partie du paysage cinématographique québécois !

D’avantage que les grosses productions commerciales ?

A cette question j’aurais tendance à répondre par l’affirmative.

Tout d’abord à cause de l’atmosphère qu’ils installent chacun : Tristesse et Solitude pour les réalisations de Guy Edoin et de Sébastien Pilote, Mélancolie pour ceux d’Anne Émond et de Stéphane Lafleur…etc.

Le sentiment qui enveloppe alors le spectateur le possède pendant longtemps après visionnement de l’œuvre… (Sentiment dans lequel on se replonge bien volontiers plusieurs mois après en regardant la bande annonce)

Ensuite il convient de rappeler qu’on a parlé à mainte reprise de leur parcours internationaux…dans les festivals du monde entier…

Certes, ils n’y ont pas tous remporté des prix…mais ils se sont fait remarquer !

Enfin parce qu’ils s’accompagnent d’un réalisme important dont ne sont pas forcement dotés les films commerciaux. Pour exemple, vous    souvenez-vous encore de l’histoire de « Filière 13 » ou même de celle de French Kiss l’an dernier ?

Selon Guy Edoin, « le cinéma d’auteur est peut-être plus viscéral et aborde des thèmes plus graves, ce qui laisse une trace plus profonde chez le spectateur ».

Il est vrai qu’un film « commercial », même traitant de sujets graves, créera alors une distance avec le spectateur (comme pour les films de Sam Mendes ou Stephen Daldry)…alors même qu’un réalisateur plus « art et essai » (Von Trier ou Vinterberg à leurs débuts) laissera véritablement une empreinte !

De là à vous demander de choisir votre camp…

Les réalisateurs à suivre :  

Anne Émond (Nuit #1)

Guy Edoin (Marécages)

Maxime Giroux  (Jo pour Jonathan)

Rafaël Ouellet (Camion)

Sébastien Pilote (Le vendeur)

Simon Lavoie, Mathieu Denis (Laurentie)

Stéphane Lafleur  (En terrains connus)

Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *