Le Noël de Cinémaniak : Les films à voir durant les vacances

Ça y est, c’est à nouveau le temps des fêtes. Il fait froid, tu as sorti cette réconfortante couverture de laine. Tu prends une gorgée de thé ou de whisky, tu regardes par la fenêtre et tu vois ton voisin fixer ses lumières de Noël pour la troisième fois depuis un mois. Comble du bonheur : tu as quelques jours de vacances devant toi. Tu pourrais sortir et profiter du grand air mais en bon.ne cinéphile que tu es, tu as l’irrépressible désir de regarder un bon vieux film à la maison. Ça tombe bien, l’équipe de Cinémaniak te donne ses suggestions de classiques à (re)découvrir. 

Beethoven’s Christmas Adventure, 2011. À voir sur Netflix, ou pas. 

Voici les suggestions de l’équipe !

Alexandre

Singin’ in the rain (Stanley Donen et Gene Kelly, 1952) : Malgré les années, la magie opère toujours, des effusions de joies déclenchées par des pas de danses enlevants jusqu’à l’humour piquant sur une époque en plein changement.

Benjamin

It’s a Wonderful Life (Frank Capra, 1946) : Difficile de ne pas pleurer devant ce chef-d’oeuvre de Frank Capra qui se passe à Noël.

Benjamin et Hans

Die Hard (John McTiernan, 1988) : Un classique du cinéma d’action et de Noël ! Shout out à feu Alan Rickman qui joue le délicieux méchant du film !

Hans

The Nightmare Before Christmas  (1993) / Edward Scissorhands (1990) : Parce que Tim Burton nous donne des films avec une magie particulière. Ce serait dommage de ne pas en profiter durant la période des fêtes.

Screamers (Christian Dugay, 1995) : Un (mauvais) film canado-américano-japonais de science-fiction basé sur une nouvelle de Phillip K. Dick et mettant en vedette Roy Dupuis. Bon, ce n’est vraiment pas un film de Noël, mais depuis qu’il a joué à la télé le 1er janvier 2006 et que je l’ai écouté dans un état profond de lendemain de veille, il a une place importante dans mon coeur en cette saison bien arrosée.

Fireplace for your home : Film d’ambiance lent et contemplatif, parfait pour la visite des fêtes ! Si tu ne connais pas, voici l’excellente bande annonce :

Jules

Kirikou et la Sorcière, (Michel Ocelot, 1998) : Pour prendre le temps de retomber en enfance.

Kalem

Little women (Gillian Armstrong, 1994) : Le destin touchant d’une famille en 1868. Pour l’amour entre soeurs et l’inoubliable Winona Ryder. 

La guerre des tuques (André Melançon, 1984) : Impossible de passer à côté de ce classique, ne serait-ce que pour chanter L’amour a pris son temps de Nathalie Simard ou pleurer quand Cléo meurt. 

Marc-Antoine

National Lampoon’s Christmas Vacation (Jeremiah S. Chechik, 1989), version originale de Le Sapin a des boules : C’est le film de Noël de l’absurde tout en célébrant la famille !

Miracle on 34th Street (Les Mayfield, 1947) : C’est le film qui nous fait croire en la magie même si on doute.

Simon

Home Alone et Home Alone 2: Lost in New York (Chris Columbus, 1990 et 1992) : Duo de films très divertissants, remplis d’excellentes chansons de Noël qui met de l’avant l’importance des liens familiaux. À écouter en famille !

Toute l’équipe de Cinémaniak te souhaite de joyeuses fêtes !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *