Le journal d’un vieil homme

Septième réalisation que Le journal d’un vieil homme pour Bernard Émond…Élégante et triste ♥♥♥½

Nicolas est un médecin émérite qui enseigne à l’université. Depuis qu’il se sait condamné par la maladie, plus rien n’est comme avant. Le vieil homme passe son temps dans ses souvenirs à ruminer son existence. Ne comprenant plus le monde qui l’entoure et encore moins son épouse et sa fille adolescente, il se vautre dans la solitude. Seule Katia, la fille de sa première femme, semble l’émouvoir. Nicolas tente de lui prêter une oreille attentive et de lui promulguer des conseils avant que la mélancolie ne s’empare totalement de cette femme qui lui rappelle tant son premier grand amour.

Décidément, l’auteur russe Tchekhov est à la mode en cette année 2015. Après Rafaël Ouellet qui s’intéressait en février dernier aux amours impossibles dans Gurov & Anna, et avant Anton Tchekov 1890 de René Féret à venir début septembre, c’est au tour de Bernard Émond de s’intéresser, lui, à la fin de vie…ou plutôt sur le constat d’une vie : L’homme nait seul et il mourra seul….peu importe le niveau d’éducation, de réussite ou de ses destinées sentimentales.

Si Bernard Émond dit avoir souhaité porter à l’écran un texte (Une banale histoire), par souhait de retranscrire sur grand écran la limite de la compassion, il s’avère qu’il signe aussi une réflexion extrêmement pessimiste sur le sens de la vie…

Journal_d_un_vieil_homme

Comme son homologue Ouellet, Emond transpose une œuvre dans le monde d’aujourd’hui, comme pour montrer que la temporalité est vaine vis à vis des questions existentielles. Et comme pour Ouellet, le constat de tristesse est réel… Peut-être encore plus mélancolique dans le cas de Émond. Si la Donation ou la Neuvaine (ses précédents long métrages) étaient moins bavards, ce nouveau film dispose de la même grâce dans la mise en scène et la réalisation.

Il laissera songeur son spectateur, happé, remué…

Comme par l’œuvre de Tchekhov ?

Ouvoir.ca

Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *