L’amour est un crime parfait

Retour en grâce des Frères Larrieu ♥♥♥½

Marc, professeur de littérature à l’université de Lausanne, retrouve après une nuit intense son amante, qui est l’une de ses étudiantes, morte dans son lit. Ne sachant que faire et ne faisant pas confiance à la justice, Marc cache le corps.

Quel plaisir d’assister au visionnement du nouveau film des frères Larrieu. S’ils n’ont jamais fait l’unanimité dans les critiques, les deux trublions du cinéma français restent fidèles à leurs convictions avec cette amour est un crime parfait, adapté du roman Incidences de Philippe Djian.

Donc comme toujours un rythme incertain, un refus de choix de genre et un spectateur placé comme sur un trapèze ne sachant jamais trop où il sera dirigé. L’intrigue va et vient laissant encore une fois une belle place aux acteurs comme toujours magnifiés par la réalisation des Larrieu mais cette fois-ci surtout par la photo de Guillaume Deffontaines. Grâce à ce dernier, le film s’avère extrêmement lumineux et  donne un rendu extrêmement  luxueux (la modernité des lieux y sera aussi pour beaucoup)

Après la science-fiction (si tenter d’admettre que Les derniers jours du monde était de la SF), les frères Larrieu donnent aujourd’hui dans le polar….Mais encore une fois, c’est en arrière-plan essentiellement…Le spectateur ne se sent jamais embarqué dans une intrigue policière… C’est malgré lui qu’il le sera à la toute fin.

Les deux réalisateurs préfèrent, comme à leur habitude, traiter du désir et de la sexualité, ce qu’ils font avec forte ambiguïté et originalité (Le tandem Amalric/Forestier fonctionnant à merveille mais il conviendra d’apprécier aussi la sobriété de Maïwenn en mère seule égarée)

Avec leur style atypique, leur nouveau long métrage rejoindra peut-être une majeure partie du public cette fois-ci;  le film a été bien accueilli au Tiff en septembre dernier ! Un bon signe !

 

Entretien avec Jean-Marie Larrieu

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *