Jia Zhangke

Cinéaste de notre temps depuis presque  20 ans, Jia Zhangke est toujours un nom incontournable sur le circuit festivalier. Il présente actuellement son dernier film au Festival de Cannes. Présentation

Né en 1970, Jia Zhangke est un jeune réalisateur chinois qui est pourtant déjà  l’un des chouchous du circuit festivalier et des cinéphiles pointus, et ce, depuis un bon bout de temps. En effet, son premier long-métrage, Pickpocket, attira déjà en 1997 l’attention sur lui dans le circuit des festivals. Cette attention se confirma avec le foudroyant Platform en 2000 ; ce chef-d’œuvre de 3h00 raconte l’histoire d’une troupe de danse des années 1970 aux années 1990 avec une approche réaliste qui, couplée avec la poésie du sujet, est foudroyante. Le film fut d’ailleurs sélectionné comme le deuxième meilleur film des années 2000 par un panel de critiques sélectionnés par le Festival du film de Toronto (deux autres de ses films se trouvent également dans ce palmarès, Still Life en 3e et The World en 24e).

Avec ces deux films et le suivant, Unknown Pleasure, œuvre plus mineure, mais assurément aboutie, Jia Zhangke va déjà affirmer la marque qui sera la sienne; une esthétique lente et dépouillée couplée avec un désir de filmer l’aliénation de la jeunesse et sa spécificité dans un monde de plus en plus universalisé. Il ne s’agit pas à proprement parler d’intérêts uniques sur la planète cinéma contemporaine… Toutefois, là où d’autres cinéastes populaires vont préférer les longs plans contemplatifs et poétiques (tels que Lisandro Alonso ou Apichatpong Weerasethakul), Jia Zhangke va interroger plus directement le spectateur, notamment au moyen de dialogues efficaces et d’une mise en scène beaucoup plus brute, mobile et réaliste que d’autres de ses contemporains.

still life
Still Life, 2006

Cette esthétique assumée l’a étiqueté comme le chef de file de la sixième génération du cinéma chinois ; en rupture avec l’académisme de la génération précédente (Chen Kaige ou Zhang Yimou), Jia Zhangke et ses comparses vont en effet privilégier les acteurs non professionnels et le style réaliste pour montrer avec le peu de moyens dont ils disposent la réalité des Chinois d’aujourd’hui.

Ce style direct le place souvent à cheval entre le documentaire et la fiction dans la méthode. Le documentaire est d’ailleurs un style avec lequel il a flirté plus souvent qu’à son tour, que ce soit avec Dong en 2006, Useless en 2007 ou encore I Wish I Knew plus récemment que nous avons eu la chance de voir aux Rencontres Internationales du Documentaires. Cette approche franche est également directement à l’origine de l’efficacité inébranlable du tout récent Touch of Sin.

Après Unknown Pleasure, Zhangke est revenu à un certain succès mondial avec The World. En plus de marquer pour la première fois sa collaboration avec le gouvernement chinois plutôt que de produire le film de façon indépendante, Zhanke va rejoindre un public encore plus vaste sur le circuit festivalier. Cette reconnaissance ne sera pas atténuée par la sortie en 2006 de Still Life, plus expérimental, qui trouvera néanmoins son public et une belle place dans la filmographie de son auteur en plus de remporter le Lion d’Or à Venise.

Mountains May Depart, 2015
Mountains May Depart, 2015

La période qui suivi la consécration de The World et Still Life fut plus vague ; jusqu’à Touche of Sin en 2013, Zhangke s’attarda surtout au documentaire, sans pour autant délaisser la fiction, avec notamment 24 City en 2008. Il est toutefois revenu en force avec Touch of Sin, lauréat du prix du scénario en 2013 à Cannes. Basé sur une série d’histoires vraies, ce film à sketchs percutant marqua son grand retour sur la planète cinéma. L’année suivante, il fut membre du jury de ce même festival et il est de retour pour notre plus grand plaisir avec Mountains May Depart cette année en sélection officielle.

Filmographie sélective :

–       Platform (2000) ;

–       The World (2004) ;

–       Still Life (2006)

–       Touch of Sin (2013)

Ouvoir.ca

Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *