Jean de la Lune

Quand le conte initiatique rencontre la création artistique – ♥♥♥♥

Jean de la Lune s’ennuie tout seul sur la Lune. Il décide de visiter la Terre. Un jour, il s’accroche à la queue d’une comète et atterrit chez nous. Le Président du Monde, persuadé qu’il s’agit d’une envahisseur, le pourchasse. Pour lui échapper, Jean de la Lune va devoir compter sur les enfants et ses amis…

Jean_de_la_lune_affiche

Stephan Schesch réussit ici magnifiquement le pari de transposer le conte de Tomi Ungerer sur grand écran, en adressant son oeuvre aux enfants comme à leurs parents. Il mélange les genres avec un conte initiatique rafraichissant illustrant des valeurs humanistes (l’amitié, la confiance, la différence, le matérialisme et la liberté) au travers d’une fable mêlant poésie, comédie légère et éléments politiques. Le travail sur la bande sonore et les choix musicaux sont aussi très originaux en alliant création d’un style musical spécifique aux quatre principaux protagonistes et standards musicaux (Louis Armstrong, Iron Butterfly…) originaux ou réorchestrés. Chaque plan est de même très étudié et composé comme un véritable tableau, allant d’une simplicité naïve à un psychédélique appuyé et jouant continuellement avec la géométrie, l’angle de prise de vue et le regard du spectateur. Le réalisateur parsème son oeuvre de petits détails qui raviront petits et grands. Les premiers se réjouiront d’éléments incongrus rajoutant un décalage comique bienvenu (le yoyo trottinette, des oiseaux feuillages…) et les seconds seront séduits par les références voire les hommages à l’expressionnisme d’Otto Dix, au postimpressionnisme de Paul Ranson, au surréalisme de Max Ernst ou encore à des chefs d’oeuvre du cinéma (Docteur Folamour de S. Kubrick). Après Les trois brigands, cette nouvelle adaptation d’un classique de Tomi Ungerer se situe à mille lieux des films de jeunesse actuels, se copiant éternellement et ressassant les mêmes histoires. S’il n’y a qu’un film de Noël à voir sur grand écran, profitez de sa programmation actuelle à l’Excentris.

Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *