Page d'accueil Événements Festival du Nouveau Cinéma Innocent : Tête de turc ou supercherie ?

Innocent : Tête de turc ou supercherie ?

Innocent : Tête de turc ou supercherie ? 2.5
79
0
Note de l'auteur
NOTE DU LECTEUR

Le genre de la comédie n’est pas un genre facile, tout le monde s’accorde là-dessus. Toutefois, il a été prouvé par de nombreuses fois au Québec qu’il était possible d’en produire avec qualités. Avec Innocent, Marc-André Lavoie signe une nouvelle comédie qui passe tout juste la moyenne en terme de réussite.

Synopsis : Comment Francis (Emmanuel Bilodeau), un homme doux et généreux finira-t-il

derrière les barreaux ? C’est ce que nous découvrirons en nous retrouvant catapultés au cœur

d’un tourbillon de malchance et de préjugés.

Suite à Bluff et Y’en aura pas de facile, il convient de dire que Marc-André Lavoie s’améliore dans ses propositions. Certes, Innocent n’est pas une comédie réussie comme on pourrait l’imaginer avec un Emmanuel Bilodeau au top de sa forme, mais il y a moins à blâmer que dans les précédentes comédies de Marc-André Lavoie. Rythme soutenu, succession et enfilades de scènes cocasses au comique de situation bien senti, Innocent devrait trouver son lot d’adepte. Toutefois les textes auraient peut-être mérités une meilleure écriture et l’aspect téléphoné des scènes donnent à voir l’impression de plusieurs sketch séparés. On se rapproche donc plus de Neuf le film que d’une grande comédie de Woody Allen ou de Jude Apatow.

Toutefois, quand on sait que Innocent fait suite à une des pires comédies des dernières années (Hot Dog), on se dit que Monsieur Lavoie sort la tête de l’eau. C’est déjà bien même si on se demande pourquoi le film se retrouve sélectionné au FNC.

(79)

Incrivez-vous à notre infolettre!
Fondée en 2012, Cinémaniak est une revue de cinéma exclusivement web qui s’est donnée comme mission de promouvoir le septième art sur le continent nord-américain. Notre mission est de donner la parole à des passionnés de cinéma capables de rendre accessible l’art qu’ils affectionnent.
Nous détestons les spam. Votre adresse courriel ne sera pas vendue ou partagée avec quelqu'un d'autre. Promis!
Syril Tiar Tombé dans le cinéma alors qu’il était tout petit, Syril Tiar s’est rapidement pris d’affection pour le cinéma francophone… Devenu un connaisseur hors-pair des Sautet, Resnais, Chabrol, Lelouch, Lecomte (oui à cette époque, seuls les vivants comptaient), ce n’est que bien plus tard qu’il a pu élargir ses goûts à d’autres réalisateurs d’abord européens (Von Trier, Almodovar, Leigh…) puis américains (Allen, Burton).

Laissez votre commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

17 − eight =

Bandes-annonces

Archives