HACKS : ode à l’humour intergénérationnel

Où voir ça : CRAVE

Production : 3 Arts Entertainment, First Thought Productions, Fremulon, Paulilu Productions, Universal TV Universal Television
Créée par Lucia Aniello, Paul W. Downs et Jen Statsky
Scénario : Lucia Aniello, Paul W. Downs, Katherine Kearns, Jen Statsky, Joanna Calo, Ariel Karlin, Andrew Law, Pat Regan et Samantha Riley
Réalisation : Lucia Aniello, Desiree Akhavan, Paul W. Downs
10 épisodes de 30 minutes

 

C’est en dévorant l’une des séries qui a marqué 2021, Mare of Eastown, que j’ai découvert le jeu pétillant de Jean Smart qui y interprète la mère à la fois détestable et attachante de l’héroïne. Dans Hacks, comédie de 10 épisodes sortie seulement un mois après Mare of Eastown sur la plateforme HBO Max au printemps 2021 (Crave au Canada), l’actrice tient le rôle-titre de Deborah Vance, vedette du stand-up vieillissante, reine de Las Vegas sur le déclin. Son agent décide de lui envoyer (sans le lui dire) une jeune auteure Ava (Hannah Einbinder), blacklistée par Hollywood pour avoir fait une blague de travers, dans l’espoir de moderniser ses textes. La rencontre de ces deux femmes aux caractères bien trempés fera sans surprise des étincelles…

Hacks, c’est l’histoire d’une collaboration artistique incongrue au premier abord, celle de deux personnages antagonistes qui se découvriront finalement plus de points communs que prévu, y compris dans leur approche de l’humour. La série fait partie de ces pépites inattendues qu’on déniche au milieu d’une abondance de contenus, une comédie aiguisée qui se moque des vieux comme des jeunes, des has been comme des wokes et qui ose envisager une créativité hors catégorie. Difficile de trouver la traduction exacte du terme Hacks, qui est utilisé pour la première fois par Ava lors de sa rencontre avec Deborah, ‘old hack’ étant traduit par ‘vieille ratée’ dans la version française – le mot revêt aussi de multiples sens : porter un coup, taillader, pirater – autant d’actions qui traduisent la dynamique à la fois conflictuelle et complémentaire entre les deux femmes.

Dans le rôle de la jeune auteure en vogue, la comédienne et humoriste Hannah Einbinder interprète Ava Daniels, millenial de Los Angeles qui ne mâche pas ses mots et que plus personne ne veut employer suite à un tweet maladroit et jugé homophobe. Adepte d’un humour sarcastique et intellectuel,  Ava part à reculons rencontrer sa potentielle collaboratrice. On regarde en souriant cette bobo de Los Angeles qui débarque, avec une moue écoeurée sous la chaleur écrasante de Las Vegas, au coeur de cette Amérique qu’elle répugne – celle des casinos, des gens en sandale, des gobelets en plastique aux tailles démesurées. 

La rencontre explosive de Deborah et Ava clôt magistralement le premier épisode et marque le début d’une relation très fluctuante, entre conflit générationnel et naissance d’une touchante complicité. Hacks nous fait rarement éclater de rire, mais parvient à plusieurs reprises à nous émouvoir : Deborah, figure tragi-comique magistralement interprétée par Jean Smart, est une femme dont l’apparente flamboyance cache une personnalité fragile et une vie solitaire. Au fil de leurs échanges, on réalise que Deborah et Ava se ressemblent presque trop, toujours à chercher la meilleure blague, la réplique la plus cinglante, partageant l’expérience parfois difficile d’un milieu du stand-up dominé par les hommes.

La série, co-écrite par Paul W. Downs, Lucia Aniello et Jen Statsky (tous les trois de Broad City) a remporté de multiples prix, notamment ceux de la meilleure actrice pour Smart et meilleure série télévisée aux Golden Globes 2022 et a été renouvelée pour une seconde saison à peine un mois suivant sa sortie sur HBO Max. La saison 2 devrait d’ailleurs être disponible dès ce printemps et on s’en réjouit d’avance !

 

Bande-annonce originale anglaise :

 

Crédits photos : HBO Max

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.