Frances Ha

Doté d’un univers particulier…. Joyeux, fouillis tout autant qu’attendrissant, Greta Gertwig vous intègre dans son monde via la co-écriture de ce véritable feel good movie qui cherche à charmer tout en reniant pas son idée de départ : Accepter ce que l’on est et son lien à l’autre.  ♥♥♥♥♥

Frances, jeune New-Yorkaise de vingt-sept ans, rêve de devenir chorégraphe. Entre cours de danse et    répétition, elle passe plutôt son temps avec sa meilleure amie et colloque… Et même rendue seule, cette dilettante n’a aucune envie de se mettre véritablement à l’ouvrage…

Un jour peut-être !

 

Le film pourrait être qualifié d’indé américain bobo, il ne l’est pourtant qu’en surface et s’avère    finalement beaucoup plus accessible qu’on ne peut l’imaginer. En effet, seul le décor et le noir et blanc connotent intello : Ni ses interprètes tordants (et surtout très justes), ni ses    répliques ne font de la réalisation un ovni difficile à digérer.

Au contraire, Frances Ha est plutôt une représentation humoristique du passage à l’âge adulte…avec ses    complexes, avec ses immaturités, avec ses doutes.

Le film de Noah Baumbach réussit son pari de départ à savoir dresser un portrait joyeux d’une femme en    devenir… dont on ne pourrait que regretter quelque-peu le happy end convenu. Une fois la boucle bouclée… il y a fort à parier pour que la belle Frances trouve une stabilité dans son instabilité.

Peu importe, en redonnant une profonde envie de gouter aux joies de la collocation voir même de la vingtaine,    France Ha est à découvrir pour les plus grands enfants parmi nous !

Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *