Dennis Rodman’s Big Bang in Pyongyang

Le film sur l’excursion de Dennis Rodman en Corée du Nord (Dennis Rodman’s Big Bang in Pyongyang)est un documentaire qui mise sur le spectacle plutôt que sur le contexte sociopolitique. ♥♥♥

Durant une entrevue avec l’ancienne étoile de la NBA, Dennis Rodman regarde droit dans la caméra. « Je veux juste ouvrir la porte, c’est tout. », affirme l’émotif joueur de la NBA qui a joué aux côtés de Michael Jordan lorsqu’il portait l’uniforme des bulls de Chicago. Rodman se réfère à son voyage controversé en Corée du Nord.

Dennis Rodman’s Big Bang in Pyongyang , réalisé par le cinéaste Colin Offland, est un documentaire qui a été présenté dans le cadre du Festival du Nouveau cinéma à Montréal. Le long métrage retrace l’histoire du célèbre joueur de basket peu de temps après sa première visite en Corée du Nord en 2013. Le spectateur suit le périple de son excursion dans ce pays bien connu pour son isolement au reste du monde. Mais il sera surtout question de la fameuse partie de basket, organisé par Rodman dans le but de rapprocher les deux nations, entre une équipe d’anciens joueurs de la NBA et une équipe composée des meilleurs joueurs de la Corée pour célébrer l’anniversaire du dictateur Kim Jong-un.

Mais Rodman dépasse les bornes et multiplie les bourdes, sans jamais prendre la peine de modérer son comportement bizarre dans un pays qui valorise la solennité et le respect. Il fume librement un cigare tout en choisissant les joueurs coréens qui feront face aux Américains. De plus, il chante quelques lignes de « Santeria » du groupe musical Sublime au sommet de ses poumons parmi plusieurs dignitaires coréens qui l’ont invité à un souper de bienvenue luxueux.

C’est dans les moments comme celui-ci que le film tombe à plat, lorsque les singeries de Rodman obstruent terriblement le potentiel diplomatique de l’œuvre. Tout gravite autour du personnage déroutant, et ce, malgré les ressources sociopolitiques disponibles qui ne sont pas exploitées par son réalisateur.

Dennis Rodman's Big Bang in Pyongyang

Après une forte attention des médias à l’approche de la partie, l’excentrique personnalité commence à boire pour composer avec le stress. Heureusement, la partie de basket-ball ramène le film sur les rails. La foule coréenne est comblée et hurle de joie pendant que les vieux joueurs de la NBA ont de la difficulté à rivaliser devant une équipe jeune et rapide, motivée à mettre sur pied un spectacle pour leur dictateur. En mauvaise condition physique, Rodman jouera seulement le premier quart, il rejoindra ensuite Kim Jong-un afin d’assister au le reste de la partie pendant que les équipes ont été mixées. Ces derniers passent et lancent le ballon ensemble comme s’ils n’avaient jamais eu de conflit entre les deux pays. Une simple partie de basket-ball semble transcender les différences politiques, raciales et linguistiques.

Tout compte fait, seulement le futur dévoilera si les actions de Rodman auront amélioré les relations entre les deux nations opposées idéologiquement. Malgré ces nombreuses carences, ce film, tout comme Rodman, est à la fois bizarre, frustrant, convaincant et fascinant.

Auteur: Justin Charbonneau

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.