Cannes 2014: Pronostics !

Et voilà !

Cannes touche désormais à sa fin et il convient d’avouer que, pour les francophones d’ici et d’ailleurs, les éditions de 2013 et 2014 auront vraiment été une fête. L’an dernier, la palme était remise à l’unanimité au roi Kechiche et à ses deux muses. Cette année, il y a encore à parier pour qu’un film en langue de Molière reparte avec la palme…

Sur le papier pourtant, tout laissait croire à une seconde manche de Cannes 1996 où Mike Leigh (Secrets and Lies) avait alors décroché la palme d’or au nez et à la barbe du Crash de Cronenberg qui repartait seulement avec le prix spécial du Jury. Malheureusement, le petit dernier du grand réalisateur anglais, retraçant la vie du peintre Turner, ne devrait vraisemblablement pas se frayer un chemin vers les prix tant son film fut jugé académique. En revanche, le réalisateur canadien, David Cronenberg est lui, toujours dans la course tant son dernier opus, Map to the stars, fut apprécié.

D’ailleurs le Canada fut beaucoup mis à l’honneur cette année sur la croisette, que cela soit avec les deux réalisateurs Guy Edoin ou Stephane Lafleur (qui nous avaient accordé une entrevue avant leur départ), Rémi St-Michel (Petit frère) et  Marie-Josée Saint-Pierre (Jutra)… Et bien sûr les trois « gros » en compétition : Atom Egoyan mais surtout Cronenberg et Dolan !

Dolan_Cronenberg_Egoyan

Entre les deux canadiens (Maps to the stars & Mommy), le torchon brûle puisque le Canada n’est jamais, à date, reparti avec la palme d’or….  Et les deux artistes sont actuellement très bien placés pour repartir avec autre chose qu’une breloque.

Il faudra toutefois grandement se méfier des frères Dardenne (Deux jours, Une nuit) qui semblent avoir encore frappé fort… Espérons seulement que le jury saura ne pas donner une troisième palme d’or à des réalisateurs … Il n’y aucun jugement derrière mon propos… Mais élever au rang de « meilleurs réalisateurs de tous les temps » des réalisateurs de leur vivant (ils seraient les premiers à recevoir cet honneur) me laisserait plutôt dubitatif.

cannes 2014Hormis ces trois films, il conviendra de rappeler en outsider le Saint-Laurent de Bertrand Bonnello, TImbuktu de Abderrahmane Sissako et Still the water de Naomi Kawase. Trois films qui pourraient, s’ils ne décrochent pas la palme, se retrouver au palmarès.

Dans le registre mauvais cette fois, la presse s’est déchainée sur Grace de Monaco, projetée en ouverture, et qui ne sera donc au final à jaloux de la caricature faite à Diana !

Le réalisateur canadien Atom Egoyan (Captives) fut aussi largement descendu. Certain de dire que la grande période Egoyan (De beaux lendemains) semblait bien loin.

Les grands Jean-Luc Godard et Michel Hazanavicius ont autant plus que déplu…des sifflets sont montés au générique de fin de leurs projections : « Si vous ne m’aimez pas, je ne vous aime pas non plus » pourront-ils dire.

Quid des prix d’interprétation ?

On a beaucoup parlé de Steve Carrell dans Foxcatcher mais Timothy Spall détient toutefois les plus grandes chances de repartir avec le prix pour son incarnation de Turner.

Chez les actrices, la France souhaiterait voir Marion Cotillard tandis que le Canada serait ravi pour Anne Dorval. Le match s’annonce serré et le prix devrait aller au film qui n’aura pas la palme…

Cotillard_dardenneQuoi d’autre ?

Dans les sections parallèles (Un certain regard, la Quinzaine et la semaine de la critique), plusieurs longs métrages ont grandement secoué le festival…peut-être même plus que la compétition officielle.

La presse a forcément beaucoup parlé de Lost River, premier film de Ryan Gosling, sans doute trop pour son réalisateur et non pour son contenu. On a aussi beaucoup parlé de La Chambre bleue, second long de  Mathieu Amalric et dont les critiques furent plutôt divisées…

On se souvient de Céline Sciamma dont le Tomboy avait fait grand bruit. C’est avec Gang de fille qu’elle a cette année secoué la croisette… Beaucoup auraient aimé voir dans la sélection officielle.

Stephane Lafleur et Mélanie Laurent

Tu_dors_Nicole

Nous en avons beaucoup parlé depuis quelques semaines, Stephane Lafleur (Continental, En terrains connus) était le réalisateur québécois sélectionné à la quinzaine. Son Tu dors Nicole à l’univers poétique évident semble avoir charmé les festivaliers.

Mélanie Laurent continue d’explorer le métier de réalisatrice avec son second long métrage, Respire, présenté lors de la semaine de la critique. L’actrice internationale qui s’était brillamment illustré avec son premier film  (Les adoptés) traite de nouveau des affinités féminines. Cette adaptation du roman de Sophie Brasme avec Lou de Laage (Jappeloup) fut ovationnée lors de sa présentation sur le festival.

Verdict demain pour le palmarès du jury !

 

Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *