Broken City (Emprise sur la ville)

 » Redemption song » façon Bob Marley, le reggae en moins. ♥♥

Billy (Mark Wahlberg) est un détective privé qui a du mal à boucler les fins de mois. Un jour, le maire (Russel Crow) de New York fait appel à lui pour une filature de sa femme (Catherine Zeta-Jones). Le problème c’est que bien des années auparavant, Billy était flic et avait été blanchi dans une affaire de règlement de comptes…Bien entendu le maire avait enterré l’affaire au mieux…

Brian Tucker, 25 ans, écrit un scénario mode américaine à la même sauce que ce qu’il se fait déjà. Sans doute inspiré de nombreux polars, son histoire emmène le spectateur dans les dédales de divers rebondissements où, selon le producteur, « on ne sait jamais où l’histoire s’en    va ».

Certes, le scénario suscite l’intérêt mais pour briller dans le genre, des acteurs convaincants et une mise en scène élaborée auraient été un considérable atout.

S’il y a des faux-airs des « affranchis », jamais le film n’atteint la référence.

Sans doute a t’on trop vu Zeta-Jones et Crow chanter ces derniers temps (Rock of Ages & Les Misérables) pour les considérer crédibles et subtiles.

Elle reprend ses yeux de biche façon « Intolérable cruauté », lui son côté brute (voir l’ensemble de son œuvre) . Tout juste Katy Bradshaw, lien « réel » de Wahlberg avec le monde, insuffle une fraicheur bienvenue.

Un polar moyen qui n’apportera rien à Marky Mark pourtant producteur.

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *