Born to be blue: Déclaration d’amour à Chet Baker

Deuxième film du réalisateur canadien Robert Brudeau, Born to be Blue s’intéresse à la vie du jazzman Chet Baker. Le film se focalise sur sa tentative de come-back dans les années 60 après une longue traversée du désert marquée par les excès en tout genre. ♥♥♥½

Ethan Hawke endosse avec brio le rôle de Chet Baker. Un véritable rôle de composition pour l’acteur qui subit ici une transformation physique impressionnante et va même jusqu’à modifier sa diction. Le film repose entièrement sur ses épaules et il parvient à livrer une performance sidérante de maitrise.

 

Born to be Blue est le récit d’une revanche sur la vie d’un musicien sur lequel plus personne ne misait. Le film s’intéresse également à la condition d’un artiste naturellement doué qui doit composer avec le chaos ambiant qui caractérise sa vie. Mais là où le cas du personnage de Chet Baker est particulier c’est que sa souffrance infuse toute sa création artistique. Peut-il continuer son œuvre en menant une vie rangée ? C’est la question que le film pose.

Born_to_be_blue

 

Le long-métrage de Robert Brudeau laisse la part belle aux séquences musicales qui sont perçues comme un prolongement des dialogues. Les films sur le jazz sont d’ailleurs assez rares puisque c’est un genre musical qui est encore considéré comme élitiste et peu accessible. Néanmoins, malgré quelques fulgurances et idées de mise en scène, Born to be Blue suit le schéma traditionnel sur biopic musical. Le film applique la recette classique du récit d’un musicien doué mais torturé qui cherche la rédemption dans son art.

 

Tout cela n’enlève rien aux nombreuses qualités du film comme l’interprétation fabuleuse d’ Ethan Hawke et sa mise en scène parfois minimaliste mais toujours exigeante. Born to be Blue est aussi une déclaration d’amour de la part du réalisateur à l’œuvre de Chet Baker, jazzman à la trajectoire singulière qui méritait d’être racontée au cinéma. Si l’on peut regretter un certain classicisme dans la narration, Born to be Blue est une réussite et rend un bel hommage à l’un des musiciens les plus doués du 20ème siècle.

Auteur: Benjamin Sivignon

Ouvoir.ca

Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *