Page d'accueil Séries Big Little Lies : Des Desperate Housewives qui pètent les plombs !

Big Little Lies : Des Desperate Housewives qui pètent les plombs !

Big Little Lies : Des Desperate Housewives qui pètent les plombs ! 4.0
60
0
Note de l'auteur
Avec Little Big Lies, Jean-Marc Vallée signe la mini-série hivernale au casting 5 étoiles à ne pas rater ! 
NOTE DU LECTEUR

Quand Madeline, Jane et Celeste se lient d’amitié par l’intermédiaire de leurs enfants, elles ne se doutent pas qu’elles vont se retrouver, des mois plus tard, au centre d’un tragique accident, survenu à la fête de l’école. Qui est mort ? Qui est responsable ? Et pour quelle raison ? Secrets, rumeurs et mensonges ne faisant pas bon ménage, tout l’univers de la petite ville de Monterey va être secoué de violents soubresauts.

La petite histoire derrière Little Big Lies est belle, d’autant plus qu’elle est réussie. La série fonctionne à 200% non seulement sur sa direction d’acteurs :Reese Whitherspoon est d’ailleurs géniale en peste quarantenaire et on comprend facilement pourquoi elle a voulu à tout prix produire la série et jouer le rôle.

Il faut savoir d’ailleurs que et Kidman et Witherspoon étaient toutes les deux à l’origine du projet. Elles sont donc productrice mais également impliquées dans chaque étape du projet de la négociation avec HBO jusqu’au choix du showrunner (David E.Kelley créateur d’Ally McBeal entre autres) et du réalisateur (Jean-Marc Vallée). Après avoir acquis les droits du best-seller de Liane Moriarty, « Reese et Nicole se sont investies à fond pendant deux ans » a d’ailleurs dit le réalisateur québécois. Elles sont l’essence de la série et ont choisi avec elles la véhémente Laura Dern et les jeunes pousses Shailene Woodley et Zoé Kravitz.

Outre ses actrices, la série prend les bonnes décisions comme celles de distiller ici et les là des éléments de l’intrigue au fil des épisodes et ce, dès le départ : Le spectateur sait donc qu’il s’est passé quelque-chose…mais quoi ?

Big Little Lies - cinemaniak.net

Crédit photo: HBO

Au fur et à mesure que l’histoire avance, on comprend que les personnages commencent à se détester. Des rivalités mères filles époux et enfants font face à des thématiques plus légères (le dosage est d’ailleurs adapté puisque jamais l’ensemble ne parait insipide), le tout magnifiquement mis en scène par Jean Marc Vallée. Après deux films américains réussis mais peut-être un peu sur la réserve, le réalisateur québécois ose cette fois revenir à ses premières amours…celle qu’il affectionnait notamment dans Café de Flore. On sent que tout le monde lui fait confiance et le résultat n’est que plus surprenant. Il utilise de nouveau les effets sonores (musique dans les écouteurs, dans la voiture…) et visuels (ouverture mécanique sur la mer, direction photo rappelant les soleils couchants plutôt que les films de plage et pourtant on est en Californie…) avec grande réussite. Chaque épisode réserve son lot de surprise et pose une intrigue déroutante … qui aura vite fait de captiver le spectateur. Une réussite !

(60)

Incrivez-vous à notre infolettre!
Fondée en 2012, Cinémaniak est une revue de cinéma exclusivement web qui s’est donnée comme mission de promouvoir le septième art sur le continent nord-américain. Notre mission est de donner la parole à des passionnés de cinéma capables de rendre accessible l’art qu’ils affectionnent.
Nous détestons les spam. Votre adresse courriel ne sera pas vendue ou partagée avec quelqu'un d'autre. Promis!
Syril Tiar Tombé dans le cinéma alors qu’il était tout petit, Syril Tiar s’est rapidement pris d’affection pour le cinéma francophone… Devenu un connaisseur hors-pair des Sautet, Resnais, Chabrol, Lelouch, Lecomte (oui à cette époque, seuls les vivants comptaient), ce n’est que bien plus tard qu’il a pu élargir ses goûts à d’autres réalisateurs d’abord européens (Von Trier, Almodovar, Leigh…) puis américains (Allen, Burton).

Bandes-annonces

Archives