Backcountry

Backcountry ou l’adoption à l’écran d’un fait divers de randonnée canadienne. Quand les ours s’en prennent aux humains, il ne vaut mieux pas être sur leur territoire ! ♥½

*attention critique spoilée*

Alex et Jenn ont vu un ours ? Ou plutôt, c’est l’histoire d’un ours qui bouffe un mec ! Et comme un seul bonhomme ne lui suffit pas et qu’il a encore faim, forcément, il court après la fiancée du gars à peine digéré…

C’est à cause de cette scène de dix minutes que le film se prend une appellation gore ! Pourtant on est très loin de l’horreur voir des véritables films de survie comme on les aime… (voir très bon article de Telerama). Car Backcountry est un film où l’on s’ennuie beaucoup. Avant et après le tartare humain (moyennement bien fait, cela se voit dès la bande annonce), du remplissage en terme de scénario…La première heure est d’une lenteur incroyable et l’empathie que le réalisateur (Adam MacDonald) essaie de créer envers les personnes ne fonctionne pas vraiment. Pour preuve, le sort du couple d’amoureux nous importe guerre ! Seul compte le majestueux ours en colère !

Heureusement la réalisation est appréciable et s’admire grandement : A défaut de scénario visible, on regarde la beauté des plans et de la photo ! Mais l’essentiel n’est pas là !

Ouvoir.ca

Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *