Page d'accueil Alexandre Blasquez

Alexandre Blasquez

Passionné par les images depuis son plus jeune âge, c’est grâce à ses études en cinéma, de Bordeaux à Montréal, qu’Alexandre a pu parfaire sa culture d’oeuvres anciennes. Toujours la tête dans les nuages, c’est d’abord en musique qu’il voyagera, notamment en Martinique, où il restera 4 ans durant l’adolescence.Une vraie boule d’énergie créative qui aime toucher à tout : du chant à la danse en passant par la décoration de meubles anciens. Éclectique dans l’âme, il affectionne tout particulièrement le cinéma asiatique (Kim Ki-Duk, Park Chan-Wook, Bong Joon-Ho ou encore Hayao Miyazaki), les cinéastes du Dogme (Vinterberg, Von Trier), ou encore le cinéma social de Ken Loach et des frères Dardennes. La rencontre avec le cinéma québécois a aussi été très forte (Robert Lepage, Robert Morin). Établi à Montréal depuis près de 9 ans, c’est dans un grand magasin qu’Alexandre exerce le métier de visuel. Comme il se plaît à dire, les mannequins sont comme des personnages, on les habillent en fonction de chaque histoire.

L’ornithologue: une hirondelle ne fait pas le printemps.

L’ornithologue est assurément la plus belle proposition projetée cette année au Festival du Nouveau Cinéma. 5ème long métrage du Portugais Joao Pedro Rodrigues, le film nous entraîne dans un étrange univers à mi-chemin entre mythes et réalité, sans jamais lasser le spectateur. Au contraire.♥♥♥♥ (43)

I, Daniel Blake : J’accuse! [L’avis d’Alexandre]

I, Daniel Blake est un film résolument politique, mâtiné d’un humanisme cher au cinéaste de 80 ans qui n’a rien perdu de son mordant, se voyant (légitimement?) décerner au passage une deuxième palme d’or cannoise après Le vent se lève. Suite à un accident cardiaque, un veuf de 59 ans, Daniel Blake (Dave Johns), est contraint […]

Personal shopper : Une femme peut en cacher une autre [critique de film]

Personal shopper suit les allées et venues parisiennes de la jeune Américaine Maureen (mystérieuse Kristen Stewart), recrutée par une célébrité pour lui confectionner une garde-robe de vêtements griffés. Cette job temporaire de « personal shopper » est l’occasion de payer son séjour en France, dans l’attente de recevoir de l’au-delà un signe de Lewis, son frère jumeau […]

Entrevue avec Stéphane Brizé à l’occasion de la sortie de Une Vie

Fin janvier, nous rencontrions le réalisateur français pour la sortie québécoise de son dernier film, Une vie, tiré du livre éponyme de Maupassant. Entrevue avec Stéphane Brizé. (39)

Neruda : Oss Neruda, Chili nid d’espions.

Neruda est un film brillant et sophistiqué qui traduit très bien l’essence des écrits du poète en transgressant son œuvre pour mieux la rendre accessible et dynamique. (52)

La Taularde

La Taularde : la réalisatrice a bâti une prison où elle s’est elle-même enfermée à coups de clichés plus attendus les uns que les autres. Et c’est bien dommage.♥♥ (28)

Bilan du cinéma québécois et TOP5 films québecois 2016

Malheureusement, pour le cinéma québécois, l’année 2016 ne sera pas à marquer d’une pierre blanche. En constante régression depuis 2 ans pour le nombre des productions, comme dans la fréquentation du public, Les 3 petits cochons 2  est le seul film à passer la barre des  100 000 entrées (contre 5 films en 2015). Il sort ainsi […]

Philippe Lioret: le fils de l’homme

Le 9 novembre dernier, à l’occasion de la 22ème édition du Festival Cinémania, nous avons rencontré Philippe Lioret venu présenter son nouveau film, Le fils de Jean, accompagné de l’équipe québécoise composée de Gabriel Arcand, Marie-Thérèse Fortin, Patrick Hivon, Pierre-Yves Cardinal et Catherine de Léan. (7)

Le ciel attendra: qu’en est-il des autres?

Sorti en France le mois dernier, Le ciel attendra, quatrième film de Marie-Castille Mention-Schaar, a été présenté à Montréal dans le cadre du Festival Cinémania. On y découvre avec horreur et stupéfaction les méthodes d’embrigadements de jeunes femmes pour aller faire le djihad. Un film poignant, doté d’une force narrative pertinente et convaincante.♥♥♥1/2 (17)

Nocturama: l’ignorance des agneaux

Septième long métrage de Bertrand Bonello, Nocturama possède la beauté fulgurante d’une œuvre phare malgré les accents sombres de son sujet : l’autodestruction d’une génération.♥♥♥♥ (3)

Bandes-annonces

Archives