Arrival : Cours de communication

Tourné au Québec, Arrival, le quatrième film américain de Denis Villeneuve, marque les premiers pas dans la science-fiction du réalisateur québécois devenu l’un des chouchous de Hollywood. Il signe ici une œuvre réussie, raffinée de tous les points de vue. ♥♥♥♥

Le film de Villeneuve raconte l’arrivée sur Terre, sur tous les continents, de plusieurs vaisseaux extraterrestres. Alarmée par la situation, une équipe d’expert de l’armée américaine recrute la linguiste Louise Banks dans le but de décrypter le langage de ces énigmatiques céphalopodes. Cette dernière devra faire vite pour déchiffrer le langage et essayer de comprendre les intentions de ces visiteurs sur Terre avant que l’armée ne décide de leur déclarer la guerre.

Arrival est une science-fiction efficace, d’une rare intelligence. Le réalisateur a d’ailleurs fait appel à différents scientifiques pour conférer plus de crédibilité à son œuvre. Il offre une variation originale et réaliste sur un thème déjà vue à maintes reprises, l’invasion extraterrestre. Dans sa version inédite, on retrouve un mélange d’Encounters of the Third Kind de Steven Spielberg et d’Interstellar de Christopher Nolan avec une touche de The Tree of Life de Terrence Malick. Villeneuve crée donc un habile mélange. Métaphysique, onirisme, politique, psychologie et émotions sont tous au menu.

arrival_corps
Crédit photo: capture d’écran youtube

Denis Villeneuve réalise son film d’une main de maître. Il est ici au sommet de son art. La mise en scène est à la fois minimaliste, sophistiquée et élégante. La photographie époustouflante de Bradford Young, notamment dans les plans extérieurs et ceux des vaisseaux extraterrestres, et la musique solennelle et évocatrice du fréquent collaborateur de Villeneuve,  le compositeur islandais Johann Johannsson, participent à créer le climat inquiétant et mystérieux du film.

Le scénario d’Eric Heisserer, habitué au cinéma d’horreur, adapté de la nouvelle Story of Your Life de Ted Chiang, est ambitieux, mais généralement plutôt bien réussi. Après un début de film un peu précipité, le reste peut sembler lent et même répétitif par moment. C’est parce que Villeneuve prend son temps. Il entretient le mystère. Le tout en vaut la peine au bout du compte. La révélation finale est géniale. Elle surprend et émeut tout en arrivant de façon fluide et intelligente. Par contre, si l’on recherche action, combat et destruction, mieux vaut aller voir ailleurs.

Le film est porté par un personnage, Louise Banks, et surtout par une actrice, Amy Adams. Celle-ci tient un de ses meilleurs rôles en carrière. Elle est émouvante dans un rôle tout en sobriété.  Elle apporte beaucoup d’humanité à son personnage de femme complexe, marquée par son rapport à la maternité. Bémol, en accordant toute l’importance psychologique du film au personnage d’Amy Adams, Villeneuve délaisse ses personnages secondaires, notamment ceux de Jeremy Renner et de Forest Whitaker, qui restent trop superficiels.

Au final, Arrival propose des réflexions intéressantes et pertinentes sur notre monde et notre perception de l’univers. C’est un film porteur de bonnes valeurs sans être moralisateur. Il prône les bienfaits de la communication et porte un beau message de paix, d’union et d’entraide.

Auteur: Jules Couturier

Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *