After the Storm / Après la Tempête : Drame détaché

After the Storm est une nouvelle oeuvre forte, mais trop détachée, du cinéaste japonais Hirokazu Kore-Eda. ♥♥♥

Hirokazu Kore-eda est un nom toujours très attendu dans les programmations des différents festivals de cinéma. En effet, le vétéran metteur en scène nippon, auteur des célèbres Maborosi, After Life ou encore Still Walking, s’est taillé une place de choix dans la réalisation de drames sociaux et familiaux avec un talent certains pour faire ressentir des émotions puissantes au spectateur. Son dernier film, After the Storm, présenté au Festival du Nouveau cinéma cette année, est dans la lignée directe de ses œuvres précédentes.

Dans After the Storm, Kore-Eda nous présente Ryota, un écrivain en panne depuis plusieurs années qui travaille entre-temps pour une agence de détective en recherche pour un bouquin qui n’abouti jamais. Négligeant, gambler, sa femme l’a laissé et sa relation avec son fils est en péril en raison de son comportement et de son incapacité à payer la pension alimentaire à son ancienne femme.

6b2ee282-4e5c-11e6-ba91-9b331c0ddad9_1280x720

 

 

 

 

 

 

 

Crédit : SCMP

Malgré des grandes qualités formelles et surtout dramatiques, After the Storm présente les tics qui m’ont toujours chatouillés avec les derniers films de Kore-Eda. L’amateur de drames familiaux va toujours nous présenter des personnages avec une personnalité complexe, mais il est très difficile de s’identifier à ses personnages au fur et à mesure que le récit progresse. Ceux-ci ne sont jamais particulièrement attachants ou antagonistes, et on sent une confusion et un détachement à mesure que le récit se dévoile. L’émotion est puissante, la beauté touchante et le récit sincère. Le problème est que ces qualités indéniables ressentis par le spectateur ne sont pas projetées dans les personnages et le récit, mais plutôt détachées, condition essentielle à la pleine réussite d’un drame comme il sait en faire le secret. C’est cet attachement que l’on souhaite que Kore-Eda retrouve afin de nous offrir des œuvres mémorables comme celles des années 1990.

 

Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *