À quand une web série québécoise sur TikTok?

Alors que la première série conçue pour être diffusée sur la plateforme TikTok a vu le jour en Australie en 2020, le Québec tarde à prendre le virage numérique. Pourrons-nous voir une production québécoise diffusée exclusivement sur l’application de sitôt? 

« Je pense que tout est possible. Mais, pour le moment, le système de financement canadien ne reconnaît pas TikTok comme plateforme pour avoir accès à des fonds », explique la directrice générale adjointe du Fonds indépendant de production (FIP), Claire Dion. Seules les plateformes de diffusion canadiennes peuvent bénéficier de cette aide financière.

« En tant qu’investisseur, on recherche un certain rendement. On regarde la capacité d’un projet à être vendu », or, avec TikTok,  Mme Dion remarque qu’il est difficile de juger le potentiel de distribution qu’un projet peut avoir, notamment par faute de données. Ainsi, l’application demeure « inintéressante » pour un investisseur.

 

Le modèle australien

Mais, alors, qu’est-ce qui a poussé Michelle Melky et Hayley Adams à produire Love Songs,  web série australienne et la première à être créée et diffusée exclusivement sur TikTok ?

« Nous avons décidé de créer Love Songs pour TikTok, car peu de gens faisaient des web séries sur cette plateforme, nous avons vu un trou dans le marché que nous pouvions remplir. Mais, nous n’étions pas sûres que cela allait fonctionner », raconte Mme. Melky en entrevue avec Télémaniak. Love Songs suit les hauts et les bas des relations amoureuses de jeunes issu(e)s de la génération Z, qui se tournent vers les applications de rencontre pour se connecter avec les autres.

Voyant que des membres de la plateforme suivis par peu de gens réussissaient, malgré tout, à obtenir des millions de vues sur leur contenu, les deux productrices ont décidé que ça valait la peine d’essayer. Et, elles n’ont pas eu tort.  

« Avec les vues que nous avons eues pour la première saison de Love Songs, Tinder s’est intéressé à la série et est devenu le commanditaire de la deuxième saison », détaille Michelle Melky. Grâce au succès de la série, Screen Australia et Film Victoria, deux organismes de financement gouvernementaux australiens, ont financé Scattered, la toute nouvelle web série TikTok produite par le duo de Melky et Adams

Scattered suit trois meilleur(e)s ami(e)s – Jules, Sami et Bo – le lendemain des funérailles de leur ami Will. À leur réveil, il et elles s’aperçoivent que les cendres de Will sont manquantes. Ainsi va leur quête pour les retrouver, dans l’objectif de pouvoir lui faire les adieux qu’il mérite. 

Haley Adams et Michelle Melky | Crédit : Screen Australia

 

Le récit narratif en format court

Selon la professeure de l’École des médias de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) Stéfany Boisvert, TikTok propose un récit narratif différent de celui qu’on retrouve à la télévision. « Il y a plus de place pour des personnages plus inclusifs, car on est moins dans la logique de viser un auditoire de masse, donc il y a la possibilité d’innover dans le contenu », observe-t-elle. 

Toutefois, le format très court revêt quelques bémols, croit la professeure de l’UQAM. Celle-ci nomme la difficulté de développer des personnages « denses et complexes » et de créer un récit narratif dramatique.  « Dans le cas de Scattered, c’est plutôt une forme de dramédie, c’est-à-dire qu’il y a des tensions dramatiques et des moments humoristiques. L’humour c’est important pour que le public garde une bonne impression de la série vu que c’est un format court », énonce-t-elle. 

Même si le format court impose certaines contraintes à la création, TikTok pourrait être un moyen d’inciter les jeunes de moins de 30 ans à consommer local, comme c’est le cas avec Love Songs et Scattered en Australie. « Ce groupe d’âge a tendance à moins écouter la télévision traditionnelle et à plutôt encourager les plateformes américaines comme Netflix ou Amazon Prime. TikTok serait une bonne façon de les rejoindre s’il y avait des productions québécoises ou canadiennes », pense Mme. Boisvert.

 

TikTok, un outil de découvrabilité 

Pour l’instant, la plateforme chinoise est principalement utilisée comme un outil de découvrabilité pour les créateurs et les créatrices d’après Mme. Boisvert. « Puisque nous sommes dans un contexte de surabondance de contenu, TikTok peut potentiellement aider à la visibilité de contenu produit par des créateurs indépendants ainsi qu’à les faire découvrir », souligne-t-elle. Cette dernière croît que l’application sert de « tremplin  pour attirer l’attention d’autres plateformes et de distributeurs plus payants ».

Michelle Melky est du même avis. « TikTok n’est pas conçu à la base pour faire des web séries et d’en tirer des revenus directs, car la plateforme ne nous paie pas. C’est plus une plateforme pour des créateurs de contenu qui veulent en produire beaucoup sur une base quotidienne », soutient-elle. TikTok semble donc servir principalement comme une plateforme de visibilité. 

 

Photo de couverture : Campbell Connelly, Kurt Pimblett et Zenya Carmelotti dans Scattered | Crédit : Passionfruit Bites Productions

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.