68ème festival de Cannes: La selection

554934_10151632036219203_1498900370_n.png

Tombée ce matin, la sélection du 68ème festival de Cannes a été annoncée par Thierry Frémeaux. Parmi les 1838 soumis aux sélections cette année, 19 ont cette année été retenus afin de concourir pour la palme d’or du 15 au 26 mai.

Après les railleries de 2012, où le festival de Cannes était pointé du    doigt, non seulement par son sexisme, mais aussi par la régularité de sélection de certains réalisateurs (Haneke, Kiarostami, Loach…), c’est cette année une bien belle sélection qui attend les    festivaliers dans les semaines à venir.

Si certain seront présents hors de la compétition officielle (Stephen Frears, Guillaume snif Canet, Baz Lhurmann), il y a du côté de la sélection officielle de réelles surprises comme Valéria Bruni-Tedeschi en compétition !

Du côté des poids lourds, signalons James Gray, les frères Cohen, Steven Soderbergh, Asghar Farhadi ou Roman Polanski.

Cocorico, cette année non seulement Abdellatif Kechiche et Arnaud Desplechin obtiennent une nomination mais également le grand et populaire François Ozon (jamais récompensé).

Pas de Dardennes, d’Haneke, de Malik ou de Loach à l’horizon! Le palmarès devrait donc être renouvelé!

affiche-festival-de-cannes-2013.jpg

On savait depuis hier que le Sofia Coppola ferait l’ouverture de la catégorie « un certain regard » et n’aurait pas les honneurs de la compétition officielle… Il convient d’admirer la qualité    de cette catégorie (qui n’est plus vraiment une sous-catégorie tant de nombreuses œuvres de qualité certaines y sont passé) : Claire Denis, James Franco et Rebecca Zlotowski y présenteront leurs nouveaux longs tout comme la québecoise Chloé Robichaud. Le président du jury ne sera nul autre que Thomas Vinterberg!

Sélection Officielle:

En compétition :

Only God    Forgives de Nicolas Winding    Refn

Borgman de Alex Van    Warmerdam


Deuxième présence à Cannes pour le réalisateur des Pays-Bas Alex van Warmerdam, qui en 1998 était de la sélection d’Un Certain Regard avec son film Little Tony. Cette année Borgman, son nouveau film, sera d…e la sélection officielle.
Si le nom de Warmerdam est encore confidentiel pour le grand public, certain de ses films ont réussis à attirer l’attention des critiques et de festivals internationaux. Deux de ses films furent    récompensés au festival de Venise : The Dress en 1996 (prix de la presse) et The Last Days of Emma Blank en 2009 (prix du cinéma européen). En 2000, quatre de ses films figurèrent sur la liste de    100 meilleurs films néerlandais du siècle par le Dutch Film Festival.
Au Québec, Warmerdam est surtout connu pour son film Waiter (2006) qui connut un relativement belle carrière en salle.

         

La Grande Bellezza (The Great Beauty) de Paolo Sorrentino

Le réalisateur Paolo Sorrentino est loin de faire l’unanimité. Décrié par les Cahiers du cinéma, il était encensé par feu Roger Ebert. Pourtant, cette année marque sa cinquième participation    en sélection officielle du festival de Cannes, lui qui ne compte que six longs métrages en carrière. En 2008, Il Divo a remporté le prix du jury et en 2011 This Must Be the Place (nouveauté dvd    de la semaine) avec Sean Penn, celui du jury œcuménique. Le revoici cette année en compétition avec La Grande Belleza (The Great Beauty).

Behind the Candelabra (Ma vie avec Liberace) de Steven Soderbergh

La Venus à la Fourrure de Roman Polanski

Nebraska d’Alexander Payne

Jeune et Jolie de François Ozon

Wara No Tate (Shield of    Straw) de Takashi Miike

La Vie d’Adèle  d’ Abdellatif Kechiche


Abdellatif Kechiche en sera à ses premiers pas cannois cette année. Son quatrième film, La vie d’Adèle concourra en Sélection officielle.
Même s’il y a une carrière de réalisateur relativement récente, il collectionne les prix et les honneurs : L’esquive    en 2003 fut couronné du César du meilleur film, du meilleur réalisateur, du meilleur scénario, ainsi que celui du meilleur espoir féminin; et la Graine et le mulet, en 2007, avait remporté encore    une fois les césars du meilleur film, réalisateur, scénario et meilleur espoir féminin et à cela s’est rajouté le Prix Louis Delluc et 5 mentions aux festival de Venise, dont le Prix du Jury. En    2010, les Cahiers du Cinéma avait classé La Graine et Le Mulet en 6e de leur palmarès de la décennie, en fessant de lui le seul film français du top 10.

         

Soshite Chichi Ni Naru (Like Father Like    Son) d’Hirokazu Kore-Eda

Tian Zhu Ding (Touch of Sin) de Jia Zhangke

Grisgris de Mahamat    Saleh-Haroun

The Immigrant de James Gray


Grand habitué du festival de Cannes, James Gray vit trois de ces quatre films sélectionnés en compétition officielle : The Yards en 2000, We own the Night en 2007 et Two Lovers en 2008,    repartant toujours b…redouille… Il fut également membre du Jury qui  »palma d’or » Le Ruban Blanc de Michael Haneke en    2009.     The Immigrant, qui met en scène Jeremy Renner, Marion Cotillard et, pour une 4e fois devant la caméra de Gray, Joaquin Pheonix, concourra en Sélection Officielle.

Le Passé d’Asghar Farhadi

Heli de Amat Escalante

Jimmy P. (Psychoterapy of a Plains    Indian) d’ Arnaud Desplechin


Jimmy P: Psychotherapy of a Plains Indian sera le cinquième film d’Arnaud Desplechin projeté en sélection officielle au festival de Cannes. Si certains voient ce film comme le plus    attendue de la compétitio…n, Desplechin est toujours reparti bredouille de la croisette et ce, même si Esther Kahn en 2000    et Comment je me suis disputé…(ma vie sexuelle) en 1996 figuraient parmi le chouchou de la presse et du public cannois.

Michael Kohlhaas d’Arnaud Despallières

Inside Llewyn Davis de Joel & Ethan Coen

Un Chateau en Italie de Valeria Bruni-Tedeschi

Actrice et réalisatrice Valeria Bruni-Tedeschi sera à Cannes pour présenter son troisième long métrage Un château en Italie (elle est la seule femme cinéaste de la Compétition officielle). En    2002, elle avait réalisé Il est plus facile pour un chameau…

Only Lovers Left Alive de Jim Jarmusch

Addition de dernière minute, les organisateurs du festival ont ajouté le nouveau film de Jim Jarmusch, Only Lovers Left, à la sélection officielle. Jarmusch et le festival de Cannes c’est une longue histoire… qui remonte à 1980, alors qu’il est l’assistant de Wim    Wenders sur Lighting over Water qui est projeté Hors-Compétition. Stranger Than Fiction (1983) remporte la Caméra d’or, Mystery Train, le prix de la contribution artistique, l’un des sketchs de    Coffee and Cigarette, la palme d’or du court-métrage et Broken Flowers, le prix du Jury, ainsi que Ghost Dog et Down By Law ont concouru également en compétition officiel et le documentaire Z    Channel de Xan Cassavetes, auquel Jarmusch participa, fut présenté en projection spécial, il ne manquerait qu’une palme d’or à son impressionnant palmarès. 

Zulu de Jerome Salle

Jérôme Salle clôturer le festival est un peu surprenant. Même s’il est un réalisateur efficace et doué, ses trois premiers longs métrages s’inscrivent plus dans un cinéma populaire que dans    un cinéma dit de festival. Cela étant dit, Anthony Zimmer et le premier Largo Winch sont des réussites en soi. Espérons que son nouveau film, Zulu, soit du même calibre.

Un Certain Regard:

Film d’ouverture : The Bling Ring de Sofia Coppola

Les Coppola peuvent être considérés comme la famille royale    du festival de Cannes.
Francis Ford y a remporté deux palmes d’or : en 1974 pour The Conversation et en 1979 pour Apocalypse Now, sans compté qu’il fut de la    sélection officielle en 1967 pour You’re a Big Boy Now. En 1996, il fut président du jury qui récompensa Secret & Lies de Mike Leigh (Palme d’or et prix d’interprétation féminine), Breaking    the Waves de Lars Von Trier (Grand prix) et CRASH de David Cronenberg (Prix spécial du Jury).
Quant à elle, Sofia Coppola va à Cannes dès son premier long métrage en 1999, Virgin Suicides fut sélectionné à la Quinzaine des Réalisateurs. En 2006, elle y retourne présenter son    Marie-Antoinette, hué par le public cannois, mais repart tout de même avec un prix parallèle, celui du Prix de l’Éducation nationale. Cette année, son nouveau film, The Bling Ring, fait    l’ouverture d’Un Certain regard

Grand Central de Rebecca Zlotowski

Sarah préfère la Course de Chloé Robichaud

Anonymous de Mohammad    Rasoulof

La Jaula de Oro (La cage dorée) de Diego Quemada-Diez

L’Image Manquante de Rithy    Panh


Le réalisateur cambodgien Rithy Panh n’en est pas à ses premiers pas cannois, il s’y était fait connaitre en 1994 lorsque son film, Rice People (premier film originaire du Cambodge présenté    au festival), fu…t sélectionné en compétition officiel, en 1997, Un soir de Guerre était de la sélection d’Un Certain    Regard, en 2003, ce qui était peut-être son film le plus connu, S21: The Khmer Rouge Death Machine avait remporté le prix François-Chalais (remis à un film pour ses valeurs et sa démarche    journalistique), et finalement, en 2005 avec Les Artistes du théâtre brûlé et en 2011 avec Duch, le Maître des forges de l’enfer, où tous deux furent présentés hors-compétitions.     Cette année, il reviendra y présenter son 19e film, L’image Manquante, qui sera de la sélection d’Un Certain Regard. 

         

L’Inconnu du Lac  d’Alain Guiraudie

Miel de Valeria Golino

As I Lay Dying de James Franco

Bends de Flora Lau

Norte, Hangganan Ng    Kasyasyan de Lav Diaz

Les Salauds de Claire Denis

Si Claire Denis est une habituée du circuit des festivals, l’année 2013 ne marque que son troisième passage sur la Croisette en tant que réalisatrice depuis 1988, cette fois dans la section «     un certain regard ». Notons qu’elle fut l’assistante réalisatrice de Wenders sur Les Ailes du Désir (prix de la mise en scène en 1987) et sur Paris, Texas (Palme d’or en 1984) et de Jim Jarmusch    sur Down by Law (Sélection officielle en 1986).

Fruitvale Station de Ryan Coogler

Death March  d’Adoflo Alix Jr.

Omar de Hany Abu-Assad

Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *