Blindly in love (Hakoiri Musuko no Koi)

Comédie romantique – ♥♥♥½ – À 35 ans, Kentaro (Gen Hoshino) est un inadapté social, n’a pas d’amis et vit avec ses parents. Depuis 13 ans, il occupe un emploi modeste à la mairie. Ses parents s’inquiètent de le voir être célibataire pour le reste de sa vie. Ils s’inscrivent alors à une rencontre de mariages arrangés, espérant trouver une femme pour lui présenter.

Blindly in loveLe réalisateur (Masahide Ichii) explique avoir choisi les deux personnages principaux (un geek asocial et une aveugle) pour traiter du thème des personnes restant constamment à la maison, mal très courant dans nos sociétés modernes. Le rythme, les personnages stéréotypés et les situations exagérées donnent au film un aspect mangas. Ainsi le personnage principal, Kentaro, vit encore à 35 ans dans sa chambre d’enfant, qu’il partage avec sa grenouille (son seul ami), ne boit ni ne fume pas mais est compulsivement soigné, et n’a aucune vie sociale. Mais cette galerie de personnage évolue au fur et à mesure de l’avancée de l’intrigue et sans se reposer uniquement sur l’exagération et l’outrance comme ressorts comiques, le réalisateur balance ses scènes, dans la deuxième partie, entre éléments douloureux et comiques. Des bulles comiques continuent de parsemer le film, l’empêchant de sombrer dans le mélodrame, comme lors de la parodie de la scène du  balcon de Roméo et Juliette. Le traitement des personnages est très intéressant et même si celui de Naoko (Kaho) reste un peu monotone, le réalisateur traite son histoire d’amour avec pudeur et justesse. Le couple du père et la mère de Kentaro (Sei Hiraizumi et Ryoko Moriyama) est une belle réussite, accentuant encore les effets comiques en offrant des visages désemparés face aux habitudes de leur fils ou parents à vif lors de leurs rencontres avec les parents de Naoko. D’autres personnages secondaires, comme la collaboratrice de Kentaro (Honoka) pimentent aussi le film dans quelques scènes virant en pure hystérie et l’on ne boude pas son plaisir.

Ouvoir.ca

Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *